Rencontres et saveurs

Je vous ai parlé pour le moment de ce que l’on a vu, des paysages surtout, d’une rencontre à Mai-Chau, mais il manque encore beaucoup, il manque les échanges de regards. Il manque tout ces moments d’égarement pendant lesquels je tourne mon objectif sur le publique attentif à un spectacle, sur les rues dans lesquelles je me perds pendant la visite d’une fabrique traditionnelle, sur les personnes que je rencontre, toujours très invitant, près à nous offrir le thé et un petit siège dans une maison, près d’un courant d’air un peu moins chaud.
Il y a aussi toutes ces saveurs que nous avons rencontrées. Comme on me l’a précisé la soupe Pho est finalement très simple, et il y a d’autres choses que nous avons découvert, dans la rue, sur les paniers des vélos de tous ces marchands arpentant les rues toute la journée, sur le perron de tous les restaurant de rues devant lesquels on passe lais s’arrêtant trop peu souvent. 3 repas par jour font peu finalement, on voudrait en faire 5, 10 pour goûter à toutes les nuances. Et puis il y a les « grands restaurant » prévus par notre guide. Nous sommes toujours dans un voyage organisé et la découvertes de quelques grands restaurant est aussi au programme. On est dessus du premier par la froideur de l’accueil et les quelques saveurs plutôt simple. Trop impressionné du luxe débordant du second pour profiter d’une cuisine raffinée puis on s’exalte dans le dernier, juste avant de quitter Hà Noi. Il paraissait simple de l’extérieur, mais déjà bien plus grand de la cour intérieur. On arrive ensuite dans une salle simple, légèrement décorée et à la lumière tamisée. A table, des occidentaux principalement, mais aussi un vietnamien il me semble. Le service est à notre rythme, non pressé et à la chaine comme le sont les très grands. On nous apportera la soupe de légumes puis les quelques entrées que l’on nous laissera découvrir, mêler à notre rythme.
Les entrées commenceront par une salade de fleur de bananier, sans savoir les reconnaitre celle-ci était très fraiche, avec beaucoup de goût, de la menthe et de la citronnelle qui agrémente beaucoup de plats. Peut6être quelques grains de sésame qui se perdent dans la salade. Puis avec cela des raviolis de viande, un mélange savoureux de viande enroulé dans une galette de riz, non frit et recouvert de quelques oignons frits. Un régale pour le palet de mélanger cette viande revenue, dans de la menthe et d’autres herbes que je ne saurais décrire puis cette galette, fraiche et tendre.

Ensuite viennent les plats, accompagnés d’un riz sauté avec quelques herbes. Il y aura une délicieuse sauce aux cacahuètes, douces et sucrées recouvrant de grosses crevettes à la chair croquante et tendre à la fois. Un jus d’aubergine sautés et accompagnées de quelques morceaux de porc venait recouvrir avec beaucoup de goût le riz de nos bols qu’il fallait ensuite attraper goulument pour réussir à manier entre les baguettes. Pour finir ces plats, un classique porc aigre-doux par son nom mais bien plus doux et non débordant de sucre que tout ce que l’on avait pu goûter jusque là. Un délicieux mélange Yin-Yang pour enrober ces tendres morceaux de porc.
Le repas se termine généralement dans ce genre de restaurant par quelques fruits de saison, de la pastèque visiblement…
Si l’on passe ce genre de restaurant et que l’on arrive dans ceux comme auxquels nous nous sommes arrêtés pour déjeuner sur la route du retour de Mai Chau, les choses change, beaucoup et en bien pour ma part.
Cela fait plus de 3hque nous roulons et il nous reste encore 2 bonnes heures pour rejoindre Ha Noi. Le chauffeur commence à fatiguer, nous à nous réveiller et avoir les estomacs qui crient famine. Notre guide choisit donc un endroit devant lequel se trouvent déjà quelques voitures. Je retrouve ici l’organisation des restaurant du matin pour les soupes : une large salle avec sur chacune d’elles un pot avec baguettes, quelques couverts, des serviettes en papier pour essuyer toute la sueur dégoulinant de nos fronts si l’on fait un peu de marche, et enfin quelques pots de piment au vinaigre, sauce pimentée, rouge etc.
Accompagné de Saigon Beer, ce sont pleins de plats qui viennent recouvrir la table. Tous pleins de saveurs, il y aura du tofu à la tomate, une fraiche sauce légère de tomates fraiches recouvrant un toufu frit, excellent, des légumes à la vapeur, frais et légèrement amer ; Il nous faudra un peu de sel pour en profiter. Une omelette bien revenue, agrémenté d’herbes fraiches et viande ressemblant à du jambon. On trouve également, du riz bien sûr, très fin mais simple, de la chèvre à la citronnelle, la viande est forte, très bonne, mais aussi un peu dure pour nos pauvres mâchoires. Pendant ce temps, l’arrière salle s’occupait d’égorger un cochon pour une fête à venir visiblement. La pauvre bête ne nous a pas dérangée trop longtemps. Il me manque encore certaines choses il me semble, j’essayerai de retrouver la suite de ce festin, se terminant par un très chaud, très fort et amer. Après tout cela, il était temps pour moi de retrouver les bras de Morphée pour une bonne sieste digestive dans le mini-bus…

Il me manque du temps car nous allons bientôt ressortir pour aller dîner à Hué mais je profite des quelques instants qui me reste devant la piscine de ce magnifique hôtel pour vous transmettre ces quelques pensées. Dès mon retour je vous parlerai des rencontres et des photos qui suivent (sur lesquelles vous pouvez maintenant cliquer pour obtenir un diaporama)

Leave a Reply