Mai Chau, un village (presque) typique

Mai Chau, il nous aura fallu rouler pendant 4h vers l’ouest au rythme d’une circulation toujours très aléatoire, traverser des paysages magnifiques et gouter au mais blanc pour arriver dans ce petit village finalement très bien organisé. L’artisanat local est en grande partie importé mais il reste quelques belles choses, des rencontres à faire et surtout un mariage en préparation. Le temps de découvrir les rues étroites, traverser entre les parcelles de riz et observer les montagnes nous entourant seront des moments de contemplation. Les couleurs sont magnifiques, tout est très vert dans cette région.
Le repas sera excellent, pour une fois les plats seront tous posés à table et nous pourront déguster et mêler toutes ces saveurs à notre guise. Accompagné de quelques bières et terminant le repas par un alcool de riz local servi pour les guides nous aurons encore chaud pendant la présentation de danses traditionnelles, accompagnées d’un accordéon. C’est à ce moment, prenant des photos du publique venu nous observer des maisons tout autour, qu’un thaï me demande de lui montrer les photos. Commence alors une course folle de photos qu’il me propose, ou plutôt me demande de prendre. Il me fait observer les enfants dans les bras de leurs parents, ceux jouant ou dansant autour de nous, les hommes préparant et faisant griller les brochettes de viande pour le lendemain, ceux encore attablés sous leur maison sur pilotis et devant de bien bonnes bouteilles d’alcool de riz. Ce sera un long moment que je passerai avec lui pendant lequel il jugera, avec un bon œil et de large sourires de la qualité des photos. Malgré tout je ne parviendrai pas à lui faire prendre l’appareil, trop imposant peut-être avec ses 3kg.
La préparation du mariage durera bien longtemps encore et à 5h il semblera que cela n’a pas cessé de la nuit. Ce matin les nuages traversent les montagnes, ou plutôt l’inverse, les montagnes se dissimulent tant qu’elles peuvent derrière les nuages. La pluie fine de la veille a rafraichi le sol et la soupe de nouilles de blé du matin est très appréciable.
C’est lorsque l’on est en train de se faire une petite fraicheur qu’un homme arrive avec une large bassine contenant de drôle de plaquette alvéolée baignant dans un liquide brun. Du miel. Du miel qu’il vient de prendre dans une ruche. Très vite une femme arrive avec un tissu fin, les hommes apportant de petites bouteilles d’eau vides. Je ne pourrais sauver qu’un maigre fond de ce liquide si délicieux, tout s’est vendu très vite. Une fois le filtrage des 6 litres de miel terminé on apporte une large cruche de saké que l’on verse dans la bassine pour mélanger, rincer, remplir de nouvelles bouteilles et trinquer. Il est 7h30 du matin et le miel a maintenant peu de goût contre tout cet alcool.

One Response to “Mai Chau, un village (presque) typique”

  1. Yves dit :

    Doucement le foie !
    Merci pour ce moment, Alexandre.

Leave a Reply