Sortie de Jérusalem

La journée se préparait tranquillement ce matin : temps mort et réservations avant de prendre un bus en fin de matinée pour rejoindre Bethléem.

Finalement les coups de feux entendus depuis la douche faisaient bien écho à l’animation de la nuit. Après un caillassage en règle à Hébron dans la soirée, c’est un bus israélien qui prenait feu à peine 2h après notre passage, juste en bas de chez nous. Evidemment, pour un vendredi, la police n’a rien trouvé de mieux que e bloquer complètement l’accès à l’esplanade et à la veille ville, notamment l’axe longeant le cimetière juif du mont des oliviers que nous empruntons habituellement.

Je crois que l’éclat de rire du taxi, « Good day !! », le pousse levé et le sourire dans le rétroviseur ont fini par nous décider à reporter notre séjour à Bethléem prévu le midi même. Visiblement après un tel blocage on pouvait s’attendre à quelques impatientes, lacrymos et fouilles en règle à tous les check-point. La situation se calmerait en fin de journée…

Sur ces bonnes paroles et après avoir prévenu nos hôtes, c’est en direction de la mer morte que nous avons réorienté notre séjour. Passé les plages privées, les hôtels à 400€ la nuit, nous avons « expérimenté » la mer morte. Aux premiers pas, rien d’anormal, l’eau est normale, un peu lourde, chaude. On plonge le haut du corps, et sans comprendre on se retrouve déséquilibrer avec l’impossibilité de garder les jambes au sol. Il faut un certain effort pour redescendre les jambes et se tenir droit. A ce moment on commence à sentir que l’eau est vraiment lourde, elle laisse une pellicule d’eau épaisse sur le corps. Le contact avec la langue est radical, comme la décharge que découvre le petit enfant testant une pile rectangulaire avec le bout de sa langue. C’est là que les plaies de la quinzaine de piqûres de moustiques se réveillent.

Après un traditionnel et quasi-obligatoire bain de boue, achetée à la superette du coin, nous reprenons la route, une bière fraiche avec nous, en direction de l’hôtel que nous avons réservé à Arod précipitamment.

Leave a Reply