Quartier Florentin

Je profite des 45 min agitées qui nous mènnent à notre prochaine étape pour ces quelques lignes sur nos premières heuresq en Israël.
Notre chauffeur de taxi, qui me confirma avec fierté que Waze est bien une applicatiopn Israélienne, nous déposa dans un quartier ressemblant de jours aux bas fonds de n’importe quelle ville un peu développée. Des trottoirs existants mais en mauvais état. Des climatiseurs personnels sur la moitiée des balcons laissant couler une eau verdatre sur ces même trottoirs. Les caniveaux jonchés de canetes, papiers et autres détritus, et enfin une circulation fonctionnant bien sûr au sbruit du klaxon.
Après avoir raidement déposés nos backpack chez nos hôtes, les estomacs començaient à nous rappeler le reveil de 4h du matin.
Premier indice, le pantalon du serveur du premier café-rstaurant sur notre route, proposé par le routard. Une constellation multi-colores vient s’assoir à côté de nous pour nous proposer la carte et nous aider à choisir. Dans un coin, un groupe d’amis, la trentaine, discutant en faisant tourner ce qui nous semblait être une cigarette « aromatisée » (pas sûr finalement). AU mur, des décorations en tout genre, sans vraiment d’unité et tout plein de plantes grimpant ou tombant des murs. Pas de doute, nous étions tombé dans un repère aliant Hipster, hyppies et mecs un peu routs.
Au sortir du restaurant, on se rends compte que les murs, les moindres petits contre-allés, les hangards de ces batiments un peu destroy sont recouvert de graffs. Le quartier Florentin est le dernier quartier à la mode attirant les bobos Israélites. ON trouve beaucoup de choses sur ces peintures, mais la plupart nous rappelle rapidement que nous sommes dans une région en manque d’expression et de liberté. Ce sont des cris, des gueules grandes ouvertes que l’on retrouve sur la plupart des visages.

Leave a Reply