Mi Quang

Le bouillon de ce matin était plus une soupe de nouilles. Peu de bouillon finalement mais beaucoup d’ingrédients pour la composer.
Je me suis finalement arrête dans un boui-boui dans lequel on trouve des tables basses, des chaises en plastiques, des pots sur chaque table avec dedans, baguettes, serviettes, quelques couverts et surtout pas mal de monde autour de ces tables. Un bon signe et visiblement je ne me suis pas trop trompe.
Arrivant en même temps que quelqu’un, nous avons partage la dernier table disponible. Le temps de prendre un peu l’air et la première assiette de salades et herbes arrive, puis très vite, la soupe mi quang.
Dedans on pouvait trouver des nouilles de riz, plates et un peu épaisses, plus que celle de Ha Noi. Il y aussi une crevette en friture, des lamelles de porc laque, un bel oeuf de caille le tout baignant dans un bouillon au l2ger gout de tomates fraiches. Pour accompagner on nous a apporte une assiettes de salade et d herbe et surtout une belle coupelle de piments dont mon voisin de soupe se régalait. A cette heure bien matinale, la fin du premier a eu raison de moi.
Cette soupe avait beaucoup de gout, contrairement a celle de Ha Noi ou Hue, très légères pour le matin, ici le mélange de tomate, crevette et porc apportait beaucoup de saveurs.

Le temps ensuite de se servir d un peu de thé chaud et la journée peut commencer…

6 Responses to “Mi Quang”

  1. Yves dit :

    Voilà un déjeuner bien intéressant ! Quelles sont les herbes ? et la salade ? Les trouve-t-on sous nos climats ?
    En ce moment vous devez visiter le village de potiers, avant la dégustation de thé.
    La plage n’est en effet pas très loin, et à l’air très belle : un front de mer au sable blanc à perte de vue, semble-t-il. Bonnes visites !

    • admin dit :

      Nous sommes allés aujourd’hui dans un village où la culture de ces herbes est particulièrement développées. On peut effectivement en trouver en france, la plupart j’ai l’impression.
      Il y avait dans ces plantations quelques variétés de basilic, menthe ou citronnelle, mais aussi des oignons blanc, des salades et d’autres plantes à feuilles mauves ou vertes dont nous n’avons pas trouvé de traduction.
      Des tiges fleuries de basilic ils tirent de petites graines noires qui prennent une très belle couleur et forme dans une eau fraîche avec un peu de gingembre, très rafraichissant.
      Le déjeuner que l’on a passé là-bas était magnifique. A côté de nous une table d’universitaire de Ha Noi venus visiter la région avec les représentant vietnamien de l’unesco.
      Nous avons pu goûter de très bonnes choses que j’essayerai de vous décrire prochainement.

      • Nhung dit :

        Mauve ou vert ce sont des feuilles de « ti to », je ne connais moi, en revanche, que le nom vietnamien :D. Je me renseigne et reviendrai pour un nom français 😉

  2. Nhung dit :

    Ravie de ta rencontre avec le boui-boui, tu as dû passer un très bon moment.

    Ces herbes qui composent les soupes asiatiques se trouvent en France oui, dans le 13ème arrondissement de Paris. Ce sont des herbes qui sentent très forts et délicieuses…

    Comment sont les couleurs de la plage? Les nuages doivent laisser un horizon chargé de couleurs ?

    Comment communiques-tu avec les vietnamiens? Est-ce que tu remarques qu’en descendant vers le sud, l’accent y change?

    • admin dit :

      Ce sont les meilleures tables celles entourées de chaises en plastique 🙂 J’y fait aussi d’agréables rencontres de temps en temps.
      Malheureusement je ne peux pas parler vietnamien et les échanges sont donc très réduits. On échange des gestes, des signes, quelques mots en anglais et surtout de beaux regards.
      Nous étions sur la plage de Hoi An cette après-midi, après la pluie de la veille le ciel était encore chargé de nuages et les couleurs, bien dissimulées étaient magnifiques. Le sable blanc y était encore très doux malgré la pluie de la veille. La région est malheureusement assez touristique mais les nattes où la famille vient manger sur la plages sont nombreuses, les touristes préfèrent rester à l’écart. Parlant très fort, visiblement plus qu’au nord, je ne parviens pourtant pas encore à distinguer de différence dans le langage, cela me marquera peut-être plus dans le sud du Viet Nam.

      • Nhung dit :

        Le « vietnamien du nord » prononce plus les consonnes, et le « vietnamien du sud » prononce beaucoup de voyelles, ce sont des façons de parler totalement différentes et tu verras réellement la différence à Ho Chi Minh ville. Ainsi, un « Mi Quang » se prononcera « Mi Wouang » dans le sud :)…

        Quant au volume, oui les gens parlent forts 😀 et je sais de quoi je parle :P!!!

        Il me semble que tu avais un petit livre avec les « mots de secours » en vietnamien non? 😉

Leave a Reply