Archive for août, 2011

Matinée de pêche sur la lagune

Malheureusement il n’y aura pas de photo pour cette fois, simplement le portrait de Marfoud, le voisin, pêcheur, avec son petit fils prise la veille après le dîner de la rupture du jeun.
C’est un homme de moins de cinquante ans, qui a commencé à accompagner son père dès l’âge de 6 ans sur la lagune en face de la maison pour apprendre à perpétuer des techniques de pêche traditionnelles.
Le rendez-vous est pris pour 7h le lendemain. C’est finalement à 6h qu’il vient frapper à la porte de la maison, le moteur de la barque sur l’épaule. Après avoir embarqué sur une petite barque, il nous fera avancer à la force des bras poussant sur un bâton jusqu’à une seconde barque contenant elle, le réservoir d’essence pour le moteur. La lagune est large et il ne faut pas se priver d’un peu d’aide pour traverser.
Arrivés à l’autre bout de la lagune, le moteur est relevé. On marche un peu dans l’eau puis on arrête la barque à l’entrée d’une crique. On reste là presque 20min à attendre, plutôt à écouter les poissons s’habituer à notre présence et sauter hors de l’eau pour quelques bains de soleil. Ils sont nombreux à attendre gentiment.
D’un seul coup, Marfoud se repositionne à l’arrière de la barque, sort une bouteille plastique jaune ficelée et au filet et permettant de repérer son extrémité et commence à dérouler celui-ci.
Il faut expliquer que la lagune est peu profonde, 50 ou 70cm maximum. Le filet de nylon est donc fixé entre 2 cordes, l’une lestée de plomb pour couler au fond de l’eau et l’autre retenu par des flotteurs. Cela permet de tendre le filet entre le fond et la surface, les seuls poissons pouvant s’échapper sont ceux sautant au-dessus et les malins repérant les trous…
Le filet se déroule alors pendant qu’il pousse la barque jusqu’à fermer complètement la crique. Les 2 extrémités du filet s’enroulant comme des escargots pour éviter que les poissons sortent par ces extrémités des filets. On referme le bout puis on descend du bateau pour battre l’eau de l’intérieur du cercle à l’aide d’un grand bâton afin d’effrayer ce qui se retrouverons dans quelques heures sur les étalages du marché.
Après s’être reposé un moment sur la barque pendant que les poissons atteignent les filets, nous retournons vers la dernière extrémité du filet pour le remonter. La pêche est bonne pour cette première prise, il y a du mulet en quantité, des poissons ressemblants à la dorade mais avec des épines sur le dos et une petite sole. Nous recommençons l’opération 2 fois encore pour finalement terminer avec une caisse remplie au tiers.

La pêche aura durée près de 4h. Pendant que nous restions dans la lagune, tout juste de l’autre côté de ce bras de sable, la méditerranée venait se jeter avec fracas, enfin fracas modéré de méditerranée. Nous croisons également 3 flamants roses, du haut de leurs échasses à nous observer, sans fuir, alors que le pêcheur prend garde de conserver une bonne distance.
La matinée aura été splendide de calme, de beautés et de pensées ; La pêche, elle, aura été moyenne nous rentrons rapidement avant de déposer la caisse chez le pêcheur afin qu’il les prépare pour le marché. Nous rentrons de note côté pour se reposer à l’ombre de la terrasse avant que les dames rentrent des souks.

Nouvelle destination : Retrouver la lagune de Djerba

Ce blog va reprendre vie pendant quelques temps, pendant 2 semaines, le temps des vacances que nous passerons ici, à Djerba. Nous venons avec Audrey, retrouver ici ma grand-mère et mon père qui restera plus de 2 mois.
Ce sera l’occasion pour moi de retrouver des visages que e n’ai pas vu depuis bien longtemps, l’occasion de retrouver la méditerranée et son calme d’huile qui me manque, la découverte aussi de nouveaux lieux, et faire plus de connaissance avec les voisins qui nous entourent et que j’ai finalement très peu vu pendant mes précédentes vacances ici.
La maison bâtie en partie par mon grand père, la maison où j’ai finalement passé beaucoup d’été est en grand changement, c’est encore peu visible pour le moment, mais elle va reprendre un nouveau souffle. Le gardien-jardinier qui est ici s’en occupe bien et le jardin reprend forme. Les oliviers sont toujours là, le figuier profitant de l’eau de la cuisine donne ses premiers fruits et le bougainvillier à l’intérieur offre son fuchsia écarlate en plein soleil, comme de nuit.